Médicaments et AUT

Les sportifs, comme tout le monde, peuvent contracter des maladies ou être dans un état qui requiert l’usage de médicaments particuliers.

Comment réagir en cas de maladie ?

Dans le cadre d’un traitement médical, il y a deux façons de se procurer des médicaments : sur ordonnance de votre médecin ou en vente libre directement dans une pharmacie.

Chaque fois que vous avez besoin d’une ordonnance, vous devez rappeler à votre médecin que vous êtes un sportif et, à ce titre, que vous êtes soumis aux règles antidopage. Votre médecin doit s’assurer que le médicament prescrit ne contient pas de substance interdite.

Si vous avez besoin d’un médicament qui n’exige pas d’ordonnance (en vente libre), il vous est particulièrement recommandé de consulter votre fédération ou de présenter la liste des interdictions à votre pharmacien et de lui demander son aide avant de choisir un produit.

Par ailleurs, après avoir choisi le médicament adéquat, assurez-vous que vous prenez exactement celui qui est recommandé. Certaines marques proposent, en effet, plusieurs variantes du même produit (sans effet de somnolence, à soulagement rapide, extra puissant, effet longue durée, etc.). La formule étant chaque fois différente, il y a un risque réel que l’une d’entre elles contienne une substance interdite, alors qu’elle serait absente dans une autre.

Néanmoins, si la substance que vous êtes amené à prendre pour traiter votre maladie est contenue dans la liste des substances & méthodes interdites, une Autorisation pour Usage à des fins thérapeutiques (AUT) est exigée.

Comment savoir si le médicament que je prends est interdit ?

En consultant le site du Centre Belge d’Information Pharmaceutique, www.cbip.be, celui-ci vous permet de saisir à l’aide d’un clavier virtuel la première lettre du nom commercial ou de la substance active recherchée.

Une fois le médicament trouvé, vérifiez si celui-ci possède ou non le sigle « D » ou « d », qui signifie qu’il est présent sur la liste des substances interdites en sport. En positionnant votre souris sur l’icône « D » ou « d », un lien hypertexte vous précise les interdictions spécifiques à ce médicament ou à cette substance.

Plus d’infos.

Les substances interdites

Retrouvez ici la liste des substances interdites pour l’année 2016.

Les AUT

Une Autorisation d’Usage à des fins thérapeutiques (AUT) permet l’utilisation, uniquement pour des raisons thérapeutiques, de substances ou méthodes contenues dans la liste des substances et méthodes interdites.

onad

Quels sont les critères pour accorder une AUT ?

Les critères sont :

a) Le sportif subirait un préjudice de santé significatif si la substance ou la méthode interdite n’était pas administrée dans le cadre de la prise en charge d’un état pathologique aigu ou chronique.

b) L’usage thérapeutique de la substance ou de la méthode interdite ne devra produire aucune amélioration de la performance autre que celle attribuable au retour à un état de santé normal après le traitement d’un état pathologique avéré. L’usage de toute substance ou méthode interdite pour augmenter les niveaux naturellement bas d’hormones endogènes n’est pas considéré comme une intervention thérapeutique acceptable.

c) Il ne doit pas exister d’alternative thérapeutique autorisée pouvant se substituer à la substance ou à la méthode autrement interdite.

d) La nécessité d’utiliser la substance ou méthode autrement interdite ne doit pas être une conséquence partielle ou totale de l’utilisation antérieure sans une AUT, d’une substance ou méthode qui était interdite au moment de l’utilisation.

La responsabilité du sportif

Ces recommandations ne sont pas à prendre à la légère car, en vertu du principe de responsabilité objective en vigueur dans la réglementation antidopage, vous êtes, en tant que sportif, responsable de tout ce qui est absorbé par votre corps, quand bien même cela vous aurait été recommandé, prescrit ou même fourni par quelqu’un d’autre.

Si un sportif est contrôlé positif, il en résulte une disqualification et une éventuelle sanction ou suspension même s’il a utilisé un médicament alors qu’il ignorait qu’il contenait une substance interdite.

Pour des informations plus détaillées sur les substances interdites et les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques, nous vous invitons à consulter le site www.dopage.be ainsi que le site de l’AMA.

Enfin, pour toute information complémentaire relative à la lutte contre le dopage, n’hésitez pas à contacter notre juriste, Luc DE WITTE, par e-mail à l’adresse suivante conseiller@aisf.be