26 Sep 2011
26,septembre, 2011

Le rugby à XV

Discipline à la une

Un essai qui pourrait vous transformer…

L’organisation de la coupe du monde du rugby à XV en Nouvelle-Zélande, véritable terre promise du rugby, a donné lieu à une véritable fête et a permis aux téléspectateurs non avertis de (re)découvrir ce sport encore méconnu, mais néanmoins en pleine expansion dans notre pays. Mêlée, plaquage, drop, essai,… Nous allons tenter de vous expliquer les fondamentaux de ce « sport de brutes joué par des gentlemen ».

Pour cette initiation, nous avons eu la chance d’être accueillis par l’école de formation de la Ligue Belge Francophone de Rugby (LBFR). Nous avons assisté à l’une de leurs séances d’entraînement, ce qui nous a permis de nous imprégner de l’ambiance et d’en apprendre un peu plus sur les spécificités de ce sport.

Premières impressions

Lors des premières foulées d’échauffement et des premiers échanges de ballons, on assiste directement à un fort engagement de la part des joueurs. Il faut dire que le physique de ces jeunes est très impressionnant pour leur âge. L’entraîneur Sébastien Guns (photo ci-dessous) est très présent et encourage à haute voix les sportifs. La séance aura pour thèmes le duel un contre un et la protection du ballon. Le matériel utilisé est, lui aussi, très impressionnant. Pour certains exercices, les joueurs doivent se munir d’un bouclier en mousse ou endosser une « body armure ». Les exercices, réalisés par petits groupes, sont brefs mais très intenses. L’entraîneur insiste beaucoup sur les critères de réussite et donne un maximum de correctifs dans chaque groupe. Il n’hésite pas non plus à chambrer quelques joueurs de manière humoristique. A première vue, l’ambiance au sein du groupe nous paraît agréable, l’entraînement se déroule dans la bonne humeur. On sent que l’envie de progresser est très présente, les jeunes s’encouragent et n’hésitent pas à s’auto corriger. En fin de séance, les jeunes se séparent en ateliers en fonction de leur poste de jeu. Le but est de réaliser un travail spécifique en fonction des tâches les plus fréquentes qu’ils ont à accomplir durant un match. Les avants travaillent les rentrées en touche, pendant que les arrières travaillent les dégagements aux pieds et les réceptions. De notre coté, après avoir bénéficié de quelques conseils judicieux, nous nous sommes initiés à la passe et au maniement de la balle en compagnie d’un des joueurs.

Après coup, Germain Bodson (photo ci-contre), jeune demi de mêlée de 17 ans, nous a fourni ses impressions quant au fonctionnement du centre de formation. « Je suis très heureux de pouvoir bénéficier d’une structure de qualité et d’un suivi pour m’aider à progresser et ce malgré la difficulté de gérer les journées très chargées dues aux entraînements et aux obligations scolaires. » Il confirme la bonne ambiance au sein du groupe et déclare que le fait de jouer avec de bons joueurs l’aide énormément à progresser. Il nous a confié également que son objectif principal était l’accession à une place au sein de l’équipe nationale avec, pourquoi pas, une opportunité d’aller jouer à l’étranger. Petites précisions à souligner, les entraînements de rugby se déroulent en dehors des heures de cours et la réussite scolaire est une condition indispensable pour rester l’année suivante dans le centre.

Quelques notions de règlement

Au premier abord, les règles du rugby paraissent difficiles à cerner. Cependant, après avoir assimilé les quelques grands principes, on parvient facilement à suivre une rencontre. La règle fondamentale étant que le ballon ne peut jamais être lancé vers l’avant, hormis en utilisant le jeu aux pieds. Les équipes sont composées de 15 joueurs, chacun a un rôle bien déterminé. L’objectif est de parvenir à déposer le ballon dans la zone de but de l’équipe adverse ou de le botter entre les poteaux au dessus de la barre transversale consécutivement à une pénalité (tentative de tir ballon à l’arrêt au sol) ou à un drop-shoot (tir au pied dès que le ballon touche le sol après avoir été lâché). Un essai rapporte 5 points, si la transformation (tir entre les poteaux depuis un point en arrière de l’endroit où l’essai a été marqué) est marquée, 2 points supplémentaires sont accordés. Le drop-shoot et la pénalité rapportent 3 points.

Durant les phases de jeux, il y a également quelques règles fondamentales à respecter. Premièrement, les joueurs ne peuvent se trouver au delà de la ligne de hors-jeu (ligne virtuelle perpendiculaire au terrain et passant par le ballon). Lorsque le porteur du ballon est amené au sol, il est obligé de lâcher le ballon. Il y a « en avant » lorsque le porteur du ballon perd la possession du ballon qui poursuit sa course ou lorsqu’un joueur frappe le ballon du bras ou de la main et touche le sol ou un autre joueur avant que le joueur d’origine puisse l’attraper. Les plaquages doivent être effectués bras ouverts et en dessous de la poitrine.
Lorsqu’une équipe est victime d’une faute d’anti-jeu, elle a le choix d’effectuer une mêlée, une transformation ou encore un tir en touche pour gagner du terrain. Lors d’une mêlée organisée, les 2 équipes placent 8 de leurs joueurs en groupe l’un en face de l’autre. Le ballon est mis en jeu par le demi de mêlée. Lorsqu’elle se déroule au cours d’une phase de jeu, on lui donne le nom de «mole» ou mêlée ouverte. Pour venir aider ses partenaires, les joueurs sont obligés de rentrer par l’arrière du pac. Le match se déroule en 2 mi-temps de 40 minutes, les phases de jeux sont tactiquement complexes et les joueurs doivent être très organisés pour parvenir à percer la défense adverse. Chaque joueur à un rôle bien déterminé au sein de l’équipe.

Un peu d’historique

La légende raconte qu’au cours d’une partie de football en 1823, William Webb Ellis s’est saisi du ballon à l’aide de ses mains et est allé marquer un but, donnant ainsi naissance au rugby. D’autres affirment que c’est la soule ou sioule, sport pratiqué au Moyen-Âge, qui en serait à l’origine. Progressivement, les règles vont se codifier et une fédération internationale, l’International Rugby Board sera créée en 1886.
Pour la petite histoire, on peut retenir que le Trophée Webb Ellis est la récompense décernée à l’équipe vainqueur de la Coupe du monde de rugby à XV. Cette dernière eut lieu pour la première fois en 1987 en Nouvelle-Zélande.

Signalons encore que le rugby se pratique également à 13 ou à 7 et qu’il en existe même une variante subaquatique ou en chaise roulante.

Terrain, matériel et équipement

Le terrain de rugby doit mesurer au maximum 100 mètres de long pour 70 mètres de large. La zone de but mesure au maximum 22 mètres de long. Au milieu des lignes de but de chaque camp se trouvent deux poteaux verticaux traversés par une barre horizontale placée à 3 mètres. Le ballon, de forme ovale, mesure quant à lui de 28 à 30 centimètres de long pour un poids compris entre 410 et 460 grammes. Les joueurs utilisent généralement un protège dents, parfois un casque et des protections pour le haut du corps. Ils sont également munis de chaussures à crampons.

Compétitions majeures

Hormis la coupe du monde organisée tous les quatre ans, on distingue deux grandes compétitions de classe internationale :

  • Le Tri-nation pour l’hémisphère sud qui réunit l’Australie, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande.
  • Le  Tournoi des  six-nations  pour l’hémisphère nord qui oppose l’Angleterre, la France, l’Ecosse, l’Irlande, le Pays de Galles et l’Italie.

Le rugby en Belgique

Bien que totalement amateur, le rugby belge est en plein développement. L’équipe nationale occupait fin 2011 la 25ème place mondiale. Il est donc raisonnable de se donner comme objectif, à moyen terme, la qualification pour la Coupe du monde.

Coté francophone, on peut souligner la remarquable initiative de la Ligue Belge Francophone de Rugby avec sa structure de formation pour les jeunes élites et son pôle performance. Les résultats obtenus sur ces dernières années démontrent bien l’efficacité d’une telle organisation. Enfin, notez qu’il existe également une quinzaine de clubs féminins.

A vous de jouer…

Curieux d’effectuer vos premiers plaquages et vos premières mêlées ?

N’hésitez pas à entrer en contact avec le club le plus proche de chez vous. Toutes les infos et les coordonnées des clubs francophones sont disponibles sur le site de la Ligue Belge Francophone de Rugby à l’adresse suivante : www.lbfr.be

Pas d’inquiétude à avoir! Malgré les nombreux contacts, les risques de blessures sont très faibles. En effet, le règlement est très codifié et tous les gestes dangereux sont sanctionnés. Pour les plus jeunes, les règles sont adaptées en fonction de l’âge. De plus, le montant de la cotisation est peu élevé et il n’y a pas besoin de beaucoup de matériel pour débuter.

Alors, à bientôt pour un essai…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.